Entretien avec le professeur Jafar Gonzales

Parlez-moi de vous.

Jafar Gonzalez : J’ai 56 ans et je viens d’Espagne. Il y a près de vingt ans, j’ai eu l’honneur de porter une robe musulmane. J’ai parcouru un long chemin pour en arriver là : « formation universitaire dans le domaine de l’ingénierie électronique » et « montage au cinéma », puis tout quitter et « me réfugier dans les montagnes et la nature », après cela « parvenir à comprendre le monothéisme et croyance « A Dieu » qui a eu pour effet de « s’éloigner du pays de l’athéisme et du marxisme » et finalement de « mettre un collier d’unité sur la poitrine ».

 

 

Quand je vivais dans les montagnes et la nature, je cherchais la proximité avec Dieu. J’ai demandé à Dieu de me guider et j’ai trouvé une relation personnelle avec lui. En trouvant un livre sur l’islam, j’ai appris à le connaître petit à petit et puis je suis devenu musulman. À l’âge de 33 ans, j’ai épousé une femme qui s’était convertie à l’islam et avait trois enfants de son ancien mari. En janvier de l’année de la mort de l’Imam Khomeiny, c’est-à-dire 1368 Shamsi, je suis venu en Iran et j’ai commencé à étudier les cours du séminaire. J’ai fait des études préparatoires pendant trois ans à l’école Sadouq. J’ai étudié la jurisprudence et l’usul pendant trois ans à Hojatiyeh. Je suis retourné en Espagne en 1374 et j’y ai enseigné pendant près de dix ans. Au cours de ces années, j’ai commencé à traduire le Coran.

 

Que saviez-vous de l’Islam ?

 

Jafar Gonzalez : Je ne connaissais rien à l’Islam. Je ne savais même pas que la religion est une religion universelle. Avant d’en prendre connaissance, je pensais qu’Islam était le nom d’une des compagnies pétrolières !

 

Que s’est-il passé ensuite ? Comment avez-vous découvert Qom et les cours du séminaire ?

 

Jafar Gonzalez : J’ai quitté la montagne et j’ai cherché l’Islam. Je suis allé à Granda dans le sud de l’Espagne et j’ai trouvé des informations incomplètes sur l’Islam. Après cela, je suis allé au Maroc. Là, je me suis familiarisé avec différentes sectes et religions et j’ai rencontré l’imam Hussain (que la paix soit sur lui) et la culture d’Achoura. Bien sûr, ils y célébraient l’Achoura, car selon leurs croyances, ce jour est le jour où l’arche de Noé a atterri sur le sol.

 

Au cours de mes recherches, je me suis lancé dans les affaires. Après le Maroc, je suis retourné à Grenade, mais je cherchais les sciences islamiques. J’ai reçu le livre « Frère du Prophète (PSL) » et j’ai répondu à beaucoup de mes questions mentales. J’ai photocopié des pages du livre et je les ai distribuées aux gens. Après cela, mes amis se sont dispersés autour de moi ! Après avoir été interrogé, j’ai découvert que je faisais la promotion d’une des religions islamiques et que j’étais connu sous ce nom.

 

– Comment vous êtes-vous tourné vers la traduction du Coran en espagnol ?

 

Jafar Gonzalez : Je suis devenu musulman à l’âge de 32 ans. À l’âge de 37 ans, j’ai décidé de venir à Qom. Pendant près de vingt mois, j’ai été secrétaire de l’ambassadeur d’Iran en Espagne. Après avoir écrit une lettre à Qom, j’ai entendu une réponse qu’en raison de mon âge avancé, je ne pouvais pas être présent dans la patrie d’Ahl al-Bayt, que la paix soit sur eux, en Crimée. Cependant, j’ai pu entrer en Iran grâce à des amis.

 

Comment avez-vous traduit le Coran en espagnol ?

 

Jafar Gonzalez : Dans les pays occidentaux, le Coran a été traduit de telle manière que les gens ne comprennent pas la vérité, car il est traduit par des savants occidentaux. Une traduction a également été publiée dans laquelle des sources limitées ont été utilisées et elle n’est ni exacte ni complète. D’autre part, la traduction des traducteurs qui avaient un bon objectif dans leur travail a deux problèmes : un, l’incompréhension du Coran, qui déclare que ce livre est ancien et ne se rapporte pas aux ambiguïtés humaines quotidiennes. D’autres, comme je l’ai dit, ont utilisé des sources limitées et incorrectes et ont donc une traduction compliquée.

 

Quelle a été votre méthode pour traduire le Coran ?

 

Jafar Gonzalez : Tout d’abord, j’ai vérifié d’autres traductions du Coran et des traductions d’autres langues. Ensuite, j’ai appris à connaître les sources d’interprétation telles que al-Mizan et al-Musan. Après cela, j’ai comparé trois, quatre traductions entre elles pour comprendre ce qu’en pensaient les commentateurs et les traducteurs. À la fin, j’ai également fourni une traduction afin que je puisse comprendre sa signification. Aux endroits où il était nécessaire de mentionner des points d’un point de vue historique et conceptuel, je les ai inclus en note de bas de page. À l’avenir, j’aimerais également traduire le commentaire.

 

– Qu’aviez-vous prédit sur l’accueil ou le manque d’accueil des gens ?

 

Jafar Gonzalez : J’espérais fournir des informations précises aux gens afin qu’ils lisent et comprennent que le Coran complète la Torah et la Bible et parle de leur vie quotidienne. La traduction susmentionnée a été publiée récemment et je ne sais pas comment les gens l’ont reçue.

 

Quelles suggestions avez-vous pour d’autres chercheurs qui pourraient vouloir traduire le Coran dans d’autres pays ?

 

Jafar Gonzalez : Il faut pouvoir traduire dans la langue courante des gens de leur pays, puis utiliser des sources utiles et correctes.

 

Merci d’avoir participé à cette conversation intime.

 

Par morteza • La biographie de Mostabsarin •