Etsuko Hoshino

Etsuko Hoshino (née en 1363) est une femme du pays du soleil levant (Japon) qui a choisi le nom de Fatima après s’être convertie à l’islam. Son expérience de conversion à l’islam est devenue une incitation pour nous à avoir une conversation avec elle.

 

 

Merci de vous présenter?

 

Je suis Fatemeh Etsuko Hoshino du Japon et j’ai étudié à l’université de mon pays dans le cadre du baccalauréat en relations internationales.

 

Comment es-tu devenu musulman ?

 

Avant de devenir musulman, j’avais lu un peu sur l’islam et je gagnais lentement la foi en l’islam, mais une nuit, alors que j’écoutais la récitation de la sourate Yacine et que je la répétais, c’était comme si quelque chose clignotait soudainement devant mes yeux. Je ne sais pas comment c’était, mais la sourate Yacine était devenue comme un prophète pour moi et j’ai senti qu’un prophète était apparu devant mes yeux. Plus je lisais ses versets, plus ma conviction devenait forte. Quand un prophète apparaît devant vos yeux, vous ne pouvez certainement pas le nier. Quand je le lisais et que j’avançais verset par verset, je me disais oui, oui. Comme si ces ordres m’étaient donnés d’être comme ça et… Chaque verset que je lisais, je me disais oui, je deviendrais musulman. C’est exactement comme ça que j’ai décidé de devenir musulman ce soir-là.

 

Quand es-tu venu en Iran ?

 

Je suis venu en Iran il y a trois ans et je me suis marié ici.

 

Comment avez-vous rencontré votre mari ?

 

En fait, il y a presque 10 ans, j’ai rencontré mon mari par le biais d’un site appelé Ask, qui répondait aux questions des nouveaux musulmans. Il était l’un de ceux qui répondaient aux questions des nouveaux musulmans de différents pays. Depuis ce moment jusqu’à ce que je vienne en Iran et épouse mon mari, notre communication était en ligne. Après cela, il y a trois ans, nous nous sommes finalement mariés après 7 ans de relation à distance.

 

Quelle a été l’éducation de votre mari ?

 

Il était bachelier en gestion bancaire.

Cela n’a-t-il pas été difficile pour vous de venir en Iran ?

 

Non, je rêvais de vivre dans un pays islamique depuis de nombreuses années, bien sûr, vivre dans un pays étranger a ses propres difficultés, mais après être devenu musulman, parce que le Japon n’était pas un pays islamique, il m’était difficile d’y vivre. En effet, si un musulman veut se maintenir dans un pays non islamique, il devra faire face à de nombreuses difficultés. Bien sûr, il y a aussi de bonnes choses là-bas, mais j’ai choisi les bonnes choses de l’Iran. Votre famille n’était-elle pas contre votre conversion à l’Islam ?

 

Pourquoi ils étaient complètement contre, c’est pourquoi il m’a fallu si longtemps pour venir en Iran. Même maintenant, ils n’aiment pas que je sois devenu musulman, mais finalement ils ont accepté que c’était ma décision. Je me suis vraiment battu avec eux pendant des années pour pouvoir devenir musulman.

 

Quelle était la religion de votre famille ?

 

Ils sont bouddhistes. Mais l’un de mes oncles est devenu chrétien quand j’étais petit et était également enseignant de la Bible. Depuis toute petite, je lisais la Bible et allais à l’église par son intermédiaire, puis inconsciemment j’ai comparé les religions de cette époque, ce qui m’a fait progressivement me familiariser avec l’islam et m’y intéresser. Bien sûr, jusqu’à ce que je veuille devenir musulman, j’ai essayé quelques autres religions, telles que le bouddhisme, le christianisme et l’hindouisme. Au début, je me suis intéressé à eux et j’ai lu des livres à leur sujet, mais leurs paroles ne m’ont pas convaincu au début. La plupart d’entre eux ressemblaient à une nouvelle prose issue de la lecture de livres saints et avaient une vision mystique de la religion.

 

Quel âge aviez-vous lorsque vous avez décidé de devenir musulman ?

 

J’avais 24 ou 25 ans quand j’ai décidé de devenir musulman. Je me souviens quand le 11 septembre s’est produit, je l’ai vu en direct à la télévision. Au début, j’étais très choqué, puis j’ai pensé à quel point ce film diffusé à partir de l’incident ressemblait à des films hollywoodiens. Je ne pouvais pas croire que cet incident n’était qu’un accident. Je me suis dit qu’il devait y avoir quelque chose derrière. Je ne connaissais pas grand-chose à l’Islam à cette époque. Puis, à cause de cet incident, on parlait constamment des musulmans à la télévision, je suis devenu curieux de connaître l’islam. Eh bien, je n’avais pas d’amis musulmans à cette époque, et le nombre de musulmans au Japon était très faible, et la plupart des musulmans qui étaient là-bas étaient des étrangers, donc je n’ai pas eu beaucoup de contacts avec eux, mais après septembre 11, alors qu’ils parlaient toujours de l’islam et des musulmans, je me suis intéressé à en savoir plus sur cette religion.  Plus tard, j’ai réalisé que cette religion était la plus grande religion du monde.

 

Quelles sources avez-vous utilisées pour en savoir plus sur l’islam ?

 

J’ai d’abord pris et lu des livres généraux sur les religions, bien que ces livres aient été écrits par des professeurs d’université, mais ils manquaient de profondeur. C’est pourquoi j’ai pris l’aide d’Internet. Je me suis familiarisé avec certains sites islamiques et j’ai appris davantage sur l’islam à travers eux. Parce qu’au Japon il n’y a pas d’ecclésiastiques et autres, c’est pourquoi j’ai pu obtenir plus d’informations sur l’islam sur Internet.

 

Avez-vous rencontré votre mari après être devenu musulman ou avant ?

 

Comment avez-vous convaincu votre famille de devenir musulmane puis d’épouser un Iranien ?

 

J’ai résisté pendant sept ans. J’avais l’habitude de leur parler de l’islam, mais parce que les médias dépeignaient si mal l’islam, ils ne m’ont pas cru, même si je l’ai expliqué. Pas seulement ma famille, généralement si quelqu’un n’a aucun contact avec les musulmans, ils ne savent pas comment ils vont et comment ils vivent. On peut dire que d’une manière ou d’une autre, ils ont été influencés par le lavage de cerveau des médias. Ils peuvent comprendre ces mots avec leur intellect, mais ils ne les acceptent pas avec leur cœur. C’est pourquoi cela a pris si longtemps, j’ai juste attendu 7 ans et j’ai été patient et j’ai juste attendu. C’est après cette période que ma famille a finalement compris que je ne changerais pas ma décision. Votre conjoint est-il venu au Japon pour vous proposer ?

 

Non, car il est très difficile pour les Iraniens d’obtenir un visa japonais, surtout s’ils sont célibataires, c’est un peu impossible. Bien sûr, c’était facile avant, mais depuis 10 ans, le gouvernement est devenu très strict, c’est pourquoi je suis d’abord venu en Iran pour voyager et voir l’environnement ici. C’était la première fois que je voyais mon mari et leur famille. Plus tard, j’ai décidé de l’épouser.

 

Quelle était l’attitude de la famille de votre femme lors de la première rencontre ?

 

Ils étaient très contre moi avant que je vienne en Iran, mais dès qu’ils m’ont vu, ils ont cru que j’avais une existence étrangère et que je n’étais pas une personne virtuelle, ils m’ont honoré d’être devenu musulman et m’ont beaucoup respecté. Pour cette raison, après que je sois venu ici, ma relation avec eux a été très bonne, Alhamdulillah.

 

Avez-vous travaillé lorsque vous étiez au Japon ?

 

Avant de devenir musulmane, j’ai travaillé dans divers domaines, mais après être devenue musulmane, il m’était difficile de travailler beaucoup à cause de mon hijab. Personne n’embaucherait des femmes avec le hijab. J’ai beaucoup réfléchi à ce qu’il fallait faire. Je voulais travailler et observer mon hijab, alors il m’est venu à l’esprit que je devrais travailler dans une usine alimentaire parce que la robe était un hijab complet et qu’il couvre la tête et les jambes et que seuls les yeux restent dehors dans cette robe. Sa robe était ample et c’était un hijab complet. C’était très dur. Le revenu que je recevais n’était pas très bon, mais je me sentais bien parce que j’essayais de faire l’ordre de Dieu. Je me suis dit que ce n’était peut-être pas satisfaisant à 100%, mais je le faisais pour l’amour de Dieu. Cette pensée et cette motivation m’ont fait endurer ces épreuves pendant 6-7 ans. Cela m’a vraiment donné de l’énergie et de la force. Par exemple, le jeûne pendant le Ramadan était vraiment difficile là-bas, si je jeûnais à la maison, toute la famille insisterait pour que je ne jeûne pas et mange mon jeûne. Maintenant, ils savaient que je jeûnais, mais ils se mettaient très en colère, disant pourquoi tu fais ça, es-tu fou, mange de la nourriture, tu vas tomber malade, etc. Mais je n’ai rien dit, j’ai juste dit à Dieu de m’aider moi avec tout cela pour que je puisse endurer. En même temps que je voulais en savoir plus sur l’islam, j’ai rencontré mon mari. J’ai fait des recherches et… Je suis devenu musulman et j’ai cru que cette religion était vraiment pure. Il était intéressant qu’après avoir lu le Coran, j’aie mieux compris la Bible et cela m’a fait prouver que le Coran est un livre saint complet. Comparer le Coran et la Bible était nouveau pour moi. J’aimais tellement ces études que j’en oubliais de manger et de dormir. À cette époque, je vivais dans une petite ville et il n’y avait pas de musulmans dans cette ville. Chaque jour, je suis allé sur Internet et j’ai lu les sites, puis j’ai parlé avec des musulmans. Mais je n’ai rien dit, j’ai juste dit à Dieu de m’aider avec tout ça pour que je puisse endurer. En même temps que je voulais en savoir plus sur l’islam, j’ai rencontré mon mari. J’ai fait des recherches et… Je suis devenu musulman et j’ai cru que cette religion était vraiment pure. Il était intéressant qu’après avoir lu le Coran, j’aie mieux compris la Bible et cela m’a fait prouver que le Coran est un livre saint complet. Comparer le Coran et la Bible était nouveau pour moi. J’aimais tellement ces études que j’en oubliais de manger et de dormir. À cette époque, je vivais dans une petite ville et il n’y avait pas de musulmans dans cette ville. Chaque jour, je suis allé sur Internet et j’ai lu les sites, puis j’ai parlé avec des musulmans. Mais je n’ai rien dit, j’ai juste dit à Dieu de m’aider avec tout ça pour que je puisse endurer. En même temps que je voulais en savoir plus sur l’islam, j’ai rencontré mon mari. J’ai fait des recherches et… Je suis devenu musulman et j’ai cru que cette religion était vraiment pure. Il était intéressant qu’après avoir lu le Coran, j’aie mieux compris la Bible et cela m’a fait prouver que le Coran est un livre saint complet. Comparer le Coran et la Bible était nouveau pour moi. J’aimais tellement ces études que j’en oubliais de manger et de dormir. À cette époque, je vivais dans une petite ville et il n’y avait pas de musulmans dans cette ville. Chaque jour, je suis allé sur Internet et j’ai lu les sites, puis j’ai parlé avec des musulmans. Il était intéressant qu’après avoir lu le Coran, j’aie mieux compris la Bible et cela m’a fait prouver que le Coran est un livre saint complet. Comparer le Coran et la Bible était nouveau pour moi. J’aimais tellement ces études que j’en oubliais de manger et de dormir. À cette époque, je vivais dans une petite ville et il n’y avait pas de musulmans dans cette ville. Chaque jour, je suis allé sur Internet et j’ai lu les sites, puis j’ai parlé avec des musulmans. Il était intéressant qu’après avoir lu le Coran, j’aie mieux compris la Bible et cela m’a fait prouver que le Coran est un livre saint complet. Comparer le Coran et la Bible était nouveau pour moi. J’aimais tellement ces études que j’en oubliais de manger et de dormir. À cette époque, je vivais dans une petite ville et il n’y avait pas de musulmans dans cette ville. Chaque jour, je suis allé sur Internet et j’ai lu les sites, puis j’ai parlé avec des musulmans.

Combien de frères et sœurs as-tu?

 

J’ai un frère et une sœur.

 

Quelle a été leur réaction quand ils vous ont vu converti à l’islam, voulez-vous qu’ils se convertissent aussi ?

 

Parce qu’ils sont plus jeunes que mes parents, leur esprit était plus ouvert, donc je n’avais pas de problème avec eux, par exemple, je pratiquais l’arabe à la maison. Mon travail était intéressant pour eux. Par exemple, le fait que l’arabe s’écrit de droite à gauche comme le persan, et non de haut en bas comme l’écriture japonaise, avait attiré leur attention. Ils me posaient des questions sur l’islam et je leur expliquais. Ils étaient intéressés dans une certaine mesure, mais malheureusement, puisque pour la majorité des Japonais, ne pas avoir de religion est la meilleure chose, et avoir une religion provoque la guerre et la discorde, eh bien, ils pensaient de la même manière. Si ce n’est pas vraiment le cas, et je pense qu’il s’agit d’un complot sioniste, ils ont fait beaucoup de propagande sur cette question, et maintenant l’influence des médias sionistes a tellement augmenté qu’on ne peut pas dire que la culture japonaise n’a fait que faire des gens pensent ainsi, ou que la propagande de ces médias les a détournés de la religion.

 

Que faites-vous actuellement en Iran ?

 

J’ai terminé tous les cours de langue persane en juin. Je vais à la radio une fois par semaine et je parle de l’islam et des musulmans. Je vais au cours de calligraphie et j’étudie aussi. J’ai l’intention d’aller au cours de mémorisation du Coran après Nowruz, si Dieu le veut, parce que je souhaite mémoriser le Coran par cœur depuis de nombreuses années. Je travaille également sur la traduction du Coran à la maison.

 

Comment pensez-vous qu’un vrai musulman devrait être?

 

Considérant qu’aujourd’hui la situation des musulmans, notamment chiites, est devenue très compliquée et difficile, il est très important que leurs chiites résistent car les conspirations des ennemis sont aussi sévères. En tant que musulman, nous devons connaître nos ennemis et leur résister. Si nous prêtons attention, nous pouvons reconnaître nos ennemis. Par exemple, ils essaient très fort d’amener les femmes musulmanes à retirer leur hijab, ou ils veulent populariser l’idée qu’il n’y a pas de Dieu, pas de Satan. Surtout dire qu’il n’y a pas de Satan est très dangereux car si quelqu’un croit que Satan n’existe pas, cela signifie qu’il n’y a pas de mal et que chacun est libre de faire ce qu’il veut, mais ce n’est pas le cas, cela signifie la création d’humains et Satan ou tout ce qui existe selon C’est le plan de Dieu. Nous devons utiliser la sagesse que Dieu nous a donnée pour déterminer quel est le bon chemin et ne pas emprunter le mauvais chemin. Savoir quel est le but de la vie. Ceux-ci sont très importants pour l’homme. En plus de cela, un musulman doit savoir qu’il n’y a pas de liberté pour l’homme au sens réel, car l’homme peut devenir esclave de n’importe quoi, de l’argent, de la frime, de Satan, du statut, etc. Mais s’il n’est qu’un esclave de Dieu, il est libre. Vraiment, quand j’ai appris à connaître l’Islam, j’ai été très surpris quand j’ai vu que tout ce qui se passe dans la vie a une réponse dans l’Islam. Des questions politiques aux questions économiques, etc. C’est très important, par exemple, nous n’avons pas une telle chose dans le christianisme. Seule la religion est un sujet individuel et n’a rien à voir avec la politique, l’économie, etc., mais tout est là dans l’Islam et il ne peut être comparé aux autres religions. Cela prouve également que l’islam est vraiment une religion complète. Par conséquent, les musulmans doivent d’abord bien connaître leur religion, puis ils doivent connaître leurs ennemis afin qu’ils puissent leur résister. Vraiment, quand j’ai appris à connaître l’Islam, j’ai été très surpris quand j’ai vu que tout ce qui se passe dans la vie a une réponse dans l’Islam. Des questions politiques aux questions économiques, etc. C’est très important, par exemple, nous n’avons pas une telle chose dans le christianisme. Seule la religion est un sujet individuel et n’a rien à voir avec la politique, l’économie, etc., mais tout est là dans l’Islam et il ne peut être comparé aux autres religions. Cela prouve également que l’islam est vraiment une religion complète. Par conséquent, les musulmans doivent d’abord bien connaître leur religion, puis ils doivent connaître leurs ennemis afin qu’ils puissent leur résister. Vraiment, quand j’ai appris à connaître l’Islam, j’ai été très surpris quand j’ai vu que tout ce qui se passe dans la vie a une réponse dans l’Islam. Des questions politiques aux questions économiques et ainsi de suite. C’est très important, par exemple, nous n’avons pas une telle chose dans le christianisme. Seule la religion est un sujet individuel et n’a rien à voir avec la politique, l’économie, etc., mais tout est là dans l’Islam et il ne peut être comparé aux autres religions. Cela prouve également que l’islam est vraiment une religion complète. Par conséquent, les musulmans doivent d’abord bien connaître leur religion, puis ils doivent connaître leurs ennemis afin qu’ils puissent leur résister. Cela prouve également que l’islam est vraiment une religion complète. Par conséquent, les musulmans doivent d’abord bien connaître leur religion, puis ils doivent connaître leurs ennemis afin qu’ils puissent leur résister. Cela prouve également que l’islam est vraiment une religion complète. Par conséquent, les musulmans doivent d’abord bien connaître leur religion, puis ils doivent connaître leurs ennemis afin qu’ils puissent leur résister.

 

Quelles villes touristiques avez-vous visitées en Iran ?

 

Je suis allé plusieurs fois à Qom et une fois à Mashhad.

 

Comment s’est passée pour vous l’expérience de visiter ces villes saintes ?

 

J’aime beaucoup la ville de Qom, en particulier la montagne Khizr, car la montagne Khizr est liée à l’apparition de l’Imam Zaman, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix. C’est pourquoi quand j’y vais, je pense davantage à l’imam Zaman et à sa venue, et je prie pour lui et je sens sa présence plus près de moi. J’ai eu un bon feeling pour la première fois quand je suis allé à Mashhad. A cette époque, ma compréhension de l’Islam n’était pas très profonde, je ne comprenais pas grand-chose, mais je sentais à quel point l’Imam Reza (la paix soit sur lui) était gentil. J’ai ressenti cela. J’aimerais aussi aller à La Mecque. Nous nous sommes inscrits mais ce n’est pas encore notre tour.

 

Comment avez-vous choisi la tente comme voile ? Et

 

Quand je venais d’arriver en Iran, je portais un hijab, mais je ne portais pas de voile. C’était difficile pour moi de porter la tente, mais je pense que c’était une belle couverture. Quand j’ai vu les femmes dans des tentes, j’ai pensé à quel point elles étaient belles. C’est pourquoi j’ai essayé la tente une fois, c’était un peu difficile, mais ensuite je m’y suis habitué. Au début, je ne le portais que lorsque j’allais à la mosquée, puis je me suis habituée à porter un voile. Eh bien, je savais que le hijab est très important pour les femmes musulmanes, et j’ai réalisé qu’avoir un hijab a des difficultés, parce que j’avais vu ces difficultés dans mon propre pays. D’un autre côté, avec des épreuves comme devoir porter une couverture en plein été et dans la chaleur, ou plier la tente elle-même m’a semblé une tâche difficile, mais ces épreuves physiques valent la liberté mentale et émotionnelle que l’hijab donne aux femmes. J’ai réalisé que l’opinion des autres sur le hijab n’est pas importante, ce qui était et est toujours important, c’est la parole de Dieu. Quand j’ai réalisé que seul Dieu est important, j’ai été libéré mentalement et spirituellement. Eh bien, avant de devenir musulmane, je portais du maquillage et des vêtements moulants, mais maintenant que je porte un hijab, je suis plus à l’aise. À cette époque, c’était comme si j’étais seulement pour moi, mais pas maintenant. Quand Dieu est devenu important pour moi, tout a changé. En fait, quand tout est pour Dieu, la stabilité est trouvée et un but est trouvé. C’est pourquoi je crois qu’une personne qui est un serviteur de Dieu est l’être le plus libre au monde. Après tout, tout dans ce monde a un prix, les difficultés du hijab sont le prix à payer pour gagner la liberté mentale et spirituelle.

 

Comment est votre vie ensemble ?

 

Je suis très satisfait de notre vie à deux, mon mari me dit que tu es mon trésor, bien sûr mon mari est aussi mon trésor. J’aime notre mode de vie. Nous n’avons pas du tout une conversation normale. Nous discutons et discutons de nombreux sujets ensemble. Peut-être que si quelqu’un nous voit, il dira qu’il s’agit d’un mari et d’une femme dont la conversation normale porte sur l’islam, etc., mais nous soulevons des questions importantes et en parlons afin que je puisse mieux les comprendre et leur trouver des réponses. C’est super pour moi, d’autres disent à quel point tu as de la chance. Bien sûr, à mon avis, cette vie est aussi le prix que nous avons atteint après 7 ans d’attente. C’était très difficile mais nous savions qu’il ne fallait pas s’attendre à obtenir quoi que ce soit sans en payer le prix.

 

Sur quels critères avez-vous commencé votre vie ensemble, des critères islamiques ou basés sur la culture de votre pays ?

 

Dès le début, nous avons essayé de respecter les normes islamiques, parfois nous avons des discussions, par exemple, sur la nourriture, qui sont des questions culturelles. Eh bien, les Iraniens mangent beaucoup de viande par rapport aux Japonais, et c’était difficile pour moi car nous ne mangions pas beaucoup de viande au Japon ou nous ne regardions pas la télévision pendant les repas car nous pensons que nous devrions nous concentrer sur la nourriture. Nous avons discuté de ces questions, mais nous essayons toujours d’être du bon côté même si c’est contre nous.

 

Lequel des plats iraniens avez-vous appris et cuisiné ?

 

Je les connais et j’en fais la plupart. Des aliments tels que la soupe, les boulettes de viande, les boulettes de viande, les boulettes de viande, les escalopes et de nombreux autres aliments. Parfois, je cuisine aussi des plats japonais, mais les ingrédients pour ces plats sont moins disponibles ici, et les ingrédients disponibles sont souvent chers et de mauvaise qualité. Parfois, ma mère m’envoie ces aliments du Japon et je les utilise aussi. Depuis que tu es venu en Iran

 

Combien de fois êtes-vous allé au Japon pour rendre visite à votre famille ?

 

Je ne suis pas encore parti. Ma famille me manque, mais pas trop, car la famille de mon mari est très gentille. Non seulement la famille, mais les parents et les connaissances comme les tantes et les oncles, ils sont tous gentils avec moi, comme si je faisais partie de leur famille depuis le premier jour. Bien sûr, c’est une bonne caractéristique des Iraniens, qui sont vraiment gentils, chaleureux et compatissants.

 

Comment voyez-vous l’Iran en tant que pays ?

 

L’Iran est un très bon pays, mais je pense que les Iraniens n’apprécient pas bien leur pays. Cela est bien dommage. J’aime beaucoup l’Iran. Même si un pays attaque l’Iran, je ne partirai pas d’ici car je connais la valeur de ce pays, car l’Iran est le seul pays officiellement chiite, donc même si l’Iran est attaqué, je ne partirai pas d’ici. Je crois que Dieu a gardé ce monde pour la venue de l’Imam Zaman, qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix, si ce pays est aussi pour l’Imam Zaman, je n’ai aucune raison d’aller ailleurs pour ma propre sécurité. Parce que vivre dans un pays où l’imam est Zamani est bien plus important que ma propre sécurité.

 

Si vous êtes en difficulté, vers quel imam vous tournez-vous ?

 

J’ai vu plusieurs fois des miracles dans ma vie en appelant l’Imam Zaman, qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix. C’est pourquoi je l’appelle quand j’ai un problème. Chaque fois que j’avais un problème, je me disais 5 fois : « Oh mon Dieu, alors mon problème est résolu comme si c’était un miracle. » Je me souviens que récemment j’ai demandé à Dieu de me faire un moyen de guider les autres et c’est arrivé parce qu’ils m’ont appelé et ont dit qu’une femme japonaise comme vous voulait se convertir à l’islam, vous devriez lui parler et la guider.

Quelle est la chose la plus importante que vous allez faire en ce moment et c’est devenu votre préoccupation ?

 

Tout d’abord, je dois améliorer mon Farsi. Bien sûr, tout ce que je sais est suffisant pour une communication normale, mais pour étudier et traduire, j’ai besoin d’en savoir plus car j’aime beaucoup traduire des livres islamiques en japonais. En japonais, il n’y a pas plus de deux ou trois livres islamiques, et les Japonais ne se réfèrent pas du tout à l’islam. Nos discussions ne suffisent pas, nous devons leur donner plus de livres et d’informations pour qu’ils puissent réfléchir et prendre leurs propres décisions. Si Dieu le veut, je veux mémoriser le Coran même après Norouz. Bien sûr, j’aimerais aussi créer un site islamique. Ce sont les tâches que j’ai à faire.

 

Quelle est votre demande, filles et femmes iraniennes et musulmanes ?

 

Premièrement, ils devraient connaître la valeur de l’islam et de leur pays, et deuxièmement, parce que j’ai vu beaucoup de filles en Iran payer de lourdes dots pour elles-mêmes, je leur dis que les dots ne sont pas une mesure de la valeur pour les femmes, donc une dot élevée ne peut signifier leur grande valeur. J’ai moi-même dit à mon mari au moment du mariage que je voulais que ma dot soit de l’eau et du sel comme la dot de Hazrat Zahra, que la paix soit sur lui, mais elle a insisté et j’ai choisi une seule pièce de dot au nom de l’unité de Dieu, sur la condition que mon mari me le donne au moment du mariage. Il a fait de même. Plus tard, j’ai pensé que puisque mon modèle est Hazrat Zahra, que la paix soit sur lui, nous devrions donc commencer notre vie simplement comme elle. Avec la même pièce de dot, j’ai préféré acheter deux ou trois petits objets pour notre maison. Les filles doivent s’apprécier car elles construisent la société et soutiennent les hommes, et la chose la plus importante qu’elles doivent faire est d’élever leurs enfants. S’ils connaissent bien l’islam, ils comprendront que le statut de la femme est très élevé dans l’islam et qu’il ne l’est pas comme d’autres le disent. À cet égard, par exemple, Hazrat Ibrahim, qui voulait sacrifier son fils, était très difficile pour lui, qui était un prophète, et ce n’est que plus tard, à cause de cela, Hazrat Ibrahim a reçu l’Imamat, mais nous avons des mères martyres qui ont envoyé leurs enfants à la guerre sans aucune attente, et à mon avis, ils étaient égaux à la position d’Imamat et avaient de la valeur. Nos filles et nos femmes devraient réfléchir davantage à ces questions et observer ce qui est permis et ce qui est interdit dans la vie.

 

Par morteza • La biographie de Mostabsarin •