Découvrez le livre: Abou Bakr, le premier calife

Ali était le cousin de Mohammad et le mari de sa fille bien-aimée, Fatima. Le droit de succession sur la base de la consanguinité revenait à Ali, dont les vertus et les services rendus lui donnaient plus d’un titre à la succession au Prophète. Dans la première explosion de son zèle, lorsque l’Islam était encore une religion tournée en dérision et persécutée, il avait été déclaré, par Mohammad, frère et lieutenant. Depuis toujours il était dévoué à Mohammad en paroles et en actions. Il avait honoré sa cause par sa magnanimité aussi bien qu’il l’avait défendue par son courage. » (W. Irving)

« Sa naissance, son alliance et son caractère, qui le plaçaient au-dessus du reste de ses compatriotes, devaient justifier suffisamment sa revendication du tr6ne vacant de l’Arabie. Le fils d’Abû Tâlib était de facto le Chef de la famille de Hâchim, et le prince héréditaire ou le gardien de la cité et du temple de la Mecque. La lumière de la prophétie avait été éteinte, mais le mari de Fatima pouvait s’attendre à l’héritage et à la bénédiction de la fille du Prophète, car les Arabes avaient parfois accepté le règne d’une femme, et d’autre part ils avaient souvent vu les deux petits-fils du Prophète, caressés par lui sur ses genoux, ou assis sur sa chaire, et présentés comme étant l’espoir de sa vie et les deux Maîtres de la Jeunesse du Paradis.

Depuis la première heure de sa Mission jusqu’aux derniers rites de ses funérailles, le Messager n’avait jamais été délaissé par cet ami généreux qu’il aimait à appeler son frère, son lieutenant et le fidèle Aaron d’un second Moïse ».

Les mérites de Ali et les paroles prononcées par le Prophète de Dieu en sa faveur suscitèrent la jalousie des contemporains. L’ascendance familiale du jeune héros et, plus encore, les déclarations du Prophète le désignant comme étant son lieutenant, hissant sa position auprès de lui au niveau de celle d’Aaron par rapport à Moïse, déplaisaient à l’aristocratie aisée, désireuse de détenir elle-même le sceptre. La prééminence des Hâchimites, qui avait atteint son zénith avec l’avènement de Mohammad (Que la Paix soit sur lui), était trop incontestable pour être écrasée. La mort du Prophète permit à la longue à; l’aristocratie de s’exprimer, et de raviver par conséquent l’ancienne discorde tribale. Quelques jours plus tard, `Omar avoua que Quraych ne pourrait jamais se réconcilier avec la fière prééminence de la lignée hâchimite. Ainsi toute l’aristocratie cherchait à arracher à Ali l’occasion de succéder au Prophète de Dieu, et à détruire par là même la prééminence des Hâchimites. À peine le Prophète avait-il fermé les yeux que les adversaires des Hâchimites, sans même attendre son enterrement, se réunirent à Saqîfah Banî Sâ`îdah pour discuter de l’élection de quelqu’un qui assumerait l’autorité du Prophète, et priver ainsi Ali de son droit à la succession.

Lisez-le ici:

Abou Bakr, le premier calife