Ali (as) le très proche du prophète (saw)‎

«Vous n’avez pas de Maître en dehors d’Allah et de Son Prophète, et de ceux qui croient: ceux qui s’acquittent de la Prière, ceux qui font l’aumône tout en s’inclinant humblement. Ceux qui prennent pour Maîtres Allah, Son Prophète et les Croyants: voilà ceux qui forment le parti d’Allah, et qui seront les vainqueurs ! » (Sourate al-Mâ’idah, 5 : 55-56)

Dès son jeune âge Ali (as) fut très proche du prophète (sas) dont il ne se séparait que très rarement car il puisait chaque jour la morale et la sagesse de son cousin Mohammed (sas). Parfois, il l’accompagnait même lorsqu’il se rendait en retraite spirituelle à la caverne de Hira. Lors des premiers temps de révélation, lui et Khadija (as) étaient les seules personnes libres (non esclave) à profiter directement des paroles du prophète (sas), car ils vivaient dans la même demeure. Il fut le premier homme à embrasser l’Islam, malgré son jeune âge. « Et avertit tes parents les plus proches » (Sourate 26 verset n°214)

 

-Lorsque l’ordre d’Allah fut que le prophète (sas) préviennent ses parents les plus proches, il fut le seul à répondre (alors que pourtant, il était déjà croyant) -Le prophète dit : « Mes parents les plus proches sont les Beni Hachim et les Beni Abd’manaf. »

 

-Il dit à Ali d’aller préparer un repas. Ali ayant préparé un mouton invita les Beni Hachim et Beni Abd’manaf de même qu’Abou talib, Hamza, Abbas et un grand nombre d’autres personnes.

 

-Ils mangèrent beaucoup et cependant, la quantité de nourriture ne diminuait pas. -Abou lahab dit : « Mohammed nous a invité pour nous montrer sa magie »

 

-Le prophète (sas) affligé par cette parole, ne leur parla pas ce jour là. -Le lendemain, il les convia à nouveau, et pendant qu’ils mangeaient, il leur dit : « O^ mes oncles et mes cousins, je suis l’envoyé d’Allah vers tous les hommes en général, et vers vous en particulier. Croyez en Allah et en ma mission et il vous donnera le paradis éternel. » Personne ne répondit. -Son oncle Abou talib dit : « Mon petit, tu as parlé et nous t’avons entendu, laisse nous partir et réfléchir jusqu’a demain. »

 

-Le prophète (sas) dit ensuite : « O^ mes oncles et mes cousins, si vous ne recherchez pas l’autre monde, au moins recherchez le bonheur ici-bas, car Allah répandra la religion et l’empire d’Arabie, de Perse et de Roum m’appartiendra. Y-a-t’il quelqu’un parmi vous qui veuille répondre à mon appel et que je puisse nommer mon vicaire (wassi) ? » Tous gardèrent le silence.

 

-Alors Ali dit : « O^ Apôtre d’Allah, si personne ne croit, moi je suis croyant. »

 

-Le prophète (sas) répondit : « O^ Ali, tu as cru, tu es mon frère et mon vicaire (wasi)! »

 

-Les autres se levèrent, sortirent et se moquèrent d’Abou talib en lui disant : « Mohammed vient de faire de ton fils, ton maitre. »(Tarih Tabari: Mohammed sceau des prophètes. pages 76 et 77) »référence Sunnite »

 

Il était toujours en première ligne lors des grandes batailles de l’Islam, immuable et intangible face à l’ennemi. -La bataille de Hounayn, où Ali (as) résista, ce qui valut la victoire aux musulmans après qu’ils aient faillis perdre. -La prise de Khaybar, la forteresse juive la mieux gardée où la plupart des commandants désignés avant Ali(as) échouèrent Cette victoire permis aux musulmans de se mettre à l’abri des complots des juifs arabes mal intentionnés vis à vis de l’Islam. Lors de cette conquête, Ali (as) avait lui même démoli et arraché la porte de la forteresse, alors que 7 personnes avant lui n’avaient put le faire.

 

-La victoire au combat le jour du fossé contre Amr ibn abd wad (chef de file des idolâtres), ce qui porta un coup fatal aux Qouraïch qui durent battre en retraite. Sur cette victoire, le prophète (sas) avait dit à propos d’Ali (as): « Le coup de Ali porté aux idolâtres vaut l’adoration d’Allah dans les 2 mondes »

 

Ali (as) vouait un amour inégalé envers le prophète (sas) et envers l’Islam. Mais outre ses talents de guerriers, il détenait également une grande science émanant directement de sa proximité avec Mohammed (saw) de qui il avait appris la réelle compréhension d’Allah, de l’Islam et du Saint Coran.

 

Même lors de combats, Ali (as) mettait en application cette science, c’est pour cette raison que chaque fois qu’il devait se battre, c’était toujours un combat défensif, en riposte envers une agression. Le prophète (sas) dit à l’occasion d’une insubordination d’un chef militaire qui était sous les ordres d’Ali (as) : « La vérité est avec Ali et Ali est toujours avec la vérité. »

 

Après le dernier pèlerinage du Prophète (sas), il fut désigné par celui-ci comme successeur lors du sermon de Ghadir khum (le lagon de Roum). Le Prophète (saw) reçu une dernière révélation qui lui ordonna ceci : « O^ prophète, communique intégralement ce qui t’a été révélé de ton seigneur, si tu ne le faisais pas ta mission serait caduque. » Al Ma’iddah ( La table servie) verset n°67

 

 

La cause de cette révélation est authentifiée par les sources sunnites :

 

Asbab an-Nouzoul d’ibn Ahmed al Wahidi an-Nissabouri page 198 :

 

Mohammed ibn Ali as-Saffar rapporte que ce verset fut révélé le jour de Ghadir khum au sujet d’Ali. (Sans commentaire, il est juste rapporté que ce verset est pour Ali (as)

 

Le sermon ne fut pas très long, les paroles du prophète (sas) étaient claires comme à chaque fois : « Pour quiconque je suis le maitre, Ali est le maitre. Ya Rabbi soit l’ami de son ami et l’ennemi de son ennemi. »

 

2ème parole : « O^ croyants, je vous laisse deux poids, si vous les suivez, jamais vous ne vous égarerez. Le premier, le livre d’Allah, le Saint Coran. Le deuxième les gens de ma maison (Ahl-ul bayt) qui symbolise ma tradition. J’en appelle à la vénération d’Allah à travers eux. »

 

Sahih Mouslim Le livre des fastes. Hadith 36/2408 (pour la 2ème parole).

 

Dans de nombreux ouvrages Sunnites, le Hadith suivant est cité : »O^ Ali sois heureux ! Certes toi, tes compagnons et tes partisans (Chia) seront au paradis.  » (Fadha’il as-Sahaba, d’Ahmad ibn Hanbal v.2, p.655.Hilyatoul Awliya, d’Abou Nou`aym, v.4, p.329.Tarikh, d’ al-Khatib al-Baghdadi, v.12, p.289.Al-Awsat, d’al-Tabarani.)

 

 

Avant que la foule des musulmans ne se dispersa, l’ange Gabriel apporta au Prophète le verset suivant :

 

 

« En ce jour, J’ai parachevé pour vous votre religion, et J’ai complété pour vous Ma faveur, et Je vous ai agréé l’islam comme religion. » Coran, sourate la Table Servie (al-Mâ’ida), verset 3

 

 

Le Verset de la Wilâyah :

 

«Vous n’avez pas de Maître en dehors d’Allah et de Son Prophète, et de ceux qui croient: ceux qui s’acquittent de la Prière, ceux qui font l’aumône tout en s’inclinant humblement. Ceux qui prennent pour Maîtres Allah, Son Prophète et les Croyants : voilà ceux qui forment le parti d’Allah, et qui seront les vainqueurs!» (Sourate al-Mâ’idah, 5 : 55-56).

 

 

Selon al-Zamakh-charî, dans Al-Kach-châf :

 

«Il [ce Verset] a été révélé à propos de ‘Ali (qu’Allah ennoblisse son visage) lorsqu’un mendiant l’a sollicité pendant qu’il était en position d’Inclination dans sa Prière, et qu’il a laissé tomber pour lui sa bague -qui flottait à son petit doigt- sans interrompre sa Prière. Si vous vous demandez comment il [ce Verset] peut être relatif à ‘Ali (qu’Allah ennoblisse son visage), alors que le terme désigne un pluriel, je vous répondrai : si le terme désigne un pluriel, bien qu’il s’agisse d’un seul homme, c’est pour inciter les gens à faire comme lui -dans le but d’obtenir la récompense qu’il a obtenue – et pour rappeler que la nature des Croyants devrait être tellement soucieuse de la piété, de la bienfaisance et du secours envers les pauvres, que même quand ils sont en train de faire la Prière, ils ne devraient pas ajourner l’accomplissement d’une action de bienfaisance – qui ne supporte aucun retard- jusqu’à la fin de leur Prière.»

 

Citant al-Kalbî, et parlant des circonstances de la Révélation de ce Verset : «Vous n’avez pas de Maître en dehors d’Allah et de Son Prophète, et de ceux qui croient : ceux qui s’acquittent de la Prière, ceux qui font l’aumône tout en s’inclinant humblement»,al-Wâhidî a écrit: «La fin de ce Verset concerne ‘Ali (que la Satisfaction d’Allah lui soit acquise), car il a donné sa bague à un mendiant pendant qu’il se trouvait dans la phase d’Inclination de sa Prière.»