L’histoire de conversion au chiisme de sœur Khadija

Bismillah hir Rahman nir Rahim

ShukranLillah que j’ai pu devenir musulman après tant d’années de recherche de la Vérité. Je suis encore plus reconnaissant à Allah (SWT) de m’avoir fait connaître les Ahlul Bait (AS). afin que je puisse devenir chiite et venir à l’islam originel.

 

Je suis né musulman (soumis à Allah (SWT)), comme tout le monde parce qu’Allah (SWT) a placé la soumission à Dieu dans notre nature humaine. J’ai été élevé par ma famille adoptive en tant que chrétien. En tant que jeune enfant, j’allais à l’église tous les dimanches avec mes parents et j’allais à l’école du dimanche. Après le divorce de mes parents, ma mère et moi avons cessé d’aller à l’église car ils nous traitaient mal à cause de l’échec du mariage de mes parents.

 

Adolescente, j’ai réalisé que j’avais besoin d’avoir un lien plus fort avec Dieu et avec la religion que de simplement faire des prières personnelles et des lectures bibliques à la maison. Même si je ne croyais pas vraiment qu’il y avait un besoin urgent d’avoir un intermédiaire (comme un prêtre) dans la relation entre Dieu et les humains, je voulais m’impliquer davantage dans une communauté religieuse.

 

Je suis retourné à l’église où j’étais allé enfant grâce à une amitié avec quelqu’un qui fréquentait cette même église. Après être devenu un membre actif de l’église, j’ai réalisé que l’église enseignait que Dieu était en trois parties – l’idée de la trinité, que le prophète Isa était le fils de Dieu, et que grâce au sacrifice de Nabi Isa sur la croix, nous avons été pardonnés de nos péchés.

 

Je ne croyais pas que Dieu pouvait être trois entités ou personnalités différentes. Je croyais que Dieu était un pouvoir essentiel qui avait de nombreux traits et qualités comme les humains, sauf qu’il était le meilleur et avait le meilleur des qualités et des traits (par exemple la patience, l’amour et le pardon).

 

Je n’ai pas non plus compris ni cru que Nabi Isa (as) était le fils de Dieu au sens littéral. Je pouvais comprendre qu’au sens figuré Nabi Isa (AS). pourrait être décrit comme le fils de Dieu parce que lui, comme nous tous, peut être considéré métaphoriquement comme étant soit des fils soit des filles d’Allah (SWT) puisqu’Il nous a tous créés !

 

Le point de vue chrétien qui est et m’a été enseigné à l’église à propos de Dieu descendant dans l’humain de Nabi Isa (AS) pour mieux nous comprendre, que Nabi Isa (AS) est mort sur la croix pour que notre « péché originel » soit pardonné, et que nos péchés soient pardonnés aussi mauvais soient-ils tant que nous nous donnons totalement à Nabi Isa (as) n’avait pas de sens pour moi et semblait ridicule.

 

Dans mes études secondaires, je ne me souviens pas avoir beaucoup appris sur les autres religions autres que le christianisme, même si j’avais du respect pour les autres religions tant qu’elles avaient du sens pour moi et ne contredisaient pas ce que je savais être vrai. À la fin du lycée, j’avais réalisé que ce que je croyais être vrai (d’après ce que je comprenais que la Bible disait) était en conflit avec ce qui était prêché dans l’église.

 

Plus tard dans mes études à l’université, j’ai appris davantage sur l’islam et je me suis intéressé à poursuivre ma recherche de la « religion la plus véridique ». Je restais toujours impliqué dans le travail caritatif de l’église, mais je n’allais pas très souvent aux sermons du dimanche. Je voulais en savoir plus sur l’islam, mais aussi sur le judaïsme, car je savais qu’il y avait beaucoup de points communs entre ces deux religions et bien sûr, avec le christianisme.

 

Il est intéressant de noter que j’ai appris davantage sur l’islam non pas d’un musulman, mais d’un juif. C’était l’un de mes professeurs que j’avais au collège qui enseignait un cours sur le « conflit arabo-israélien ». C’était essentiellement un cours sur les questions israéliennes et palestiniennes. Il a enseigné ce qui était véridique et était convaincu qu’il y avait plus de points communs entre les deux groupes que leurs différences.

 

Cet enseignant a parlé à la fois du judaïsme et de l’islam, ce qui m’a amené à vouloir en savoir plus en dehors de la salle de classe. En raison de ma timidité, je ne me sentais pas à l’aise d’obtenir directement des informations en posant une question à un juif ou à un musulman en personne, alors j’ai fait mes propres recherches à travers toutes les lectures que j’ai pu trouver.

 

Pendant le cours enseigné par la juive, un débat a eu lieu sur le hijab. Je me suis surprise et j’imagine à la fois mon professeur et mes camarades quand j’ai dit que le raisonnement derrière le hijab avait du sens pour moi et que je n’y voyais rien de mal. L’enseignante avait expliqué que le hijab était destiné à protéger la pudeur d’une femme musulmane et qu’il était suivi par les femmes comme une obligation morale parce que Dieu leur avait dit qu’elles devaient s’habiller en ne montrant que les mains et le visage.

 

J’ai décidé que je voulais savoir comment les gens réagiraient si je portais le voile en public. Je savais que les femmes musulmanes étaient traitées différemment parce qu’elles portaient plus de vêtements que la plupart des femmes qui vivent dans le monde occidental. Je voulais avoir une expérience directe des réactions des gens vis-à-vis de ceux qui portent le hijab.

 

Dans l’ensemble, mon expérimentation avec le Hijab a conduit à ma propre réalisation de soi que je me sentais à l’aise et plus en sécurité, plus respectable quand j’avais le voile, par rapport à quand je ne l’avais pas. Bien sûr, j’ai eu des regards et des regards étranges, parfois inconfortables. Dans l’ensemble, personne ne m’a dit ou fait quoi que ce soit de violent ou de trop grossier (dont je me souviens).

 

Mes explorations m’ont amené à réaliser que devenir juif n’avait pas de sens puisque je me verrais comme un recul en termes de révélation puisque Nabi Isa n’est pas accepté par les juifs et je n’apprendrais rien sur Nabi Muhammad (PSL). Je ne serais pas non plus accepté très facilement par la communauté juive puisque je ne suis pas né juif, je serais considéré comme étant au bas de « l’échelle de la respectabilité et de la légitimité » de la communauté juive. Ainsi, même si j’aurais pu apprendre l’hébreu depuis que j’ai été accepté au cours de l’université, j’ai abandonné et j’ai également laissé derrière moi tout intérêt à devenir juif.

 

Dès le début de mes études universitaires, je me suis penché sur l’islam chaque fois que j’en avais le temps et l’intérêt. C’est plutôt vers la fin de mon BA que j’ai accordé plus d’attention à être plus dévoué à apprendre tout ce que je pouvais sur l’Islam. Malheureusement, j’ai eu de meilleurs résultats avec les matériaux qu’avec les vrais musulmans !

 

L’une des raisons pour lesquelles les livres étaient plus fiables que les musulmans, c’est parce que les musulmans que j’ai rencontrés étaient tous des hommes qui ne pratiquaient pas l’islam comme je savais qu’il était censé être pratiqué. Je n’ai jamais essayé de parler à des musulmans moi-même, c’était toujours les hommes musulmans qui venaient me voir ! Je n’ai jamais vraiment eu de femmes qui faisaient la da’awah. Je ne me souviens que d’une seule fois où des femmes musulmanes distribuaient des dépliants, mais à ce moment-là, j’avais décidé de rester à l’écart de la plupart des musulmans à cause de mes rencontres avec les hommes qui buvaient et qui semblaient ne vouloir des relations sexuelles qu’avec moi ou toute femme qui n’était pas musulmane ! J’ai commencé à avoir l’impression que les hommes musulmans considéraient les femmes non musulmanes comme n’étant pas respectées ou traitées équitablement.

 

Après avoir pris un peu de temps sur mes études pour décider si je devais ou non devenir musulman ou non, j’ai réalisé que même si certains musulmans n’agissent pas comme ils sont censés le faire, je ne devrais pas laisser ma déception à l’égard de certains musulmans m’empêcher de devenir moi-même musulman. Au moment où je suis arrivé à ce stade de ma vie, j’avais rencontré un homme qui m’aidait à devenir musulman.

 

Alhamdulillah j’ai pris Shahadah avec lui, qu’Allah (SWT) le bénisse pour cela. Malheureusement, il ne m’a rien appris sur la salat ou quoi que ce soit d’autre et il ne semblait pas pratiquer l’islam et il ne donnait même pas l’impression qu’il voulait être musulman ! J’ai décidé que ce serait mieux pour moi si je coupais mes liens avec lui. Même après tout cela, mon intérêt à être musulman n’a pas diminué, alhamdulillah !

 

Je n’avais aucune idée d’où obtenir des informations spécifiques, à qui parler ou où aller. J’avais déjà rencontré les différences dans Madh’hab et j’étais très confus. Par exemple, j’avais lu des hadiths dans des volumes de Muslim et Bukhari qui n’avaient aucun sens et semblaient carrément stupides. L’un dont je me souviens concerne les prophètes (PSL) qui ne sont pas infaillibles et commettent des péchés comme l’adultère ou la consommation d’alcool.

 

Si je n’avais pas rencontré une femme chiite dans le cadre de mon travail de caissière, je ne pense pas que je serais devenu un musulman pratiquant dès que je l’ai fait. Vous voyez, je n’avais même pas réalisé que j’étais déjà musulman après avoir pris Shahadah avec le frère. Donc, je n’ai pas réalisé qu’on s’attendait à ce que je prie ou je jeûne, je ne savais même pas comment prier ni aucune des autres pratiques obligatoires.

 

Je me sens très privilégié d’avoir pu venir au True Islam tout de suite au lieu d’être sunnite d’abord. Il est très rare que cela se produise et je sais que la seule raison pour laquelle je suis chiite est qu’Allah (SWT) m’a dirigé vers ce droit chemin. Sans son aide, je serais restée perdue et à la recherche de l’épanouissement religieux dont j’avais besoin.

 

Nous sommes tellement plus enrichis que toute autre religion ou secte en raison de la lumière et de la vérité qui découlent du fait d’être des adeptes des Ahlul Bait (AS). Leurs vies sont des exemples de la façon de vivre avec dignité et respect. Leur sagesse et leur savoir ne peuvent être revendiqués par personne d’autre, seul Allah (SWT) a le droit de revendiquer encore plus de savoir que les Ahlul Bait (AS) puisque le savoir de Dieu est infini.

 

Pouvoir avoir d’autres modèles musulmans positifs est très important pour tout musulman qui veut pratiquer correctement et avoir une communauté d’autres musulmans qui accordent la même attention et la même importance à leur religion que vous. Insha’Allah, notre communauté continuera à apprendre et à accorder plus d’importance à être de meilleurs musulmans. Tant que nous n’aurons pas montré à l’imam Mehdi (AJ) que nous sommes prêts pour son retour, il n’aura pas lieu… et c’est ce que je crains, que son retour ne se produise pas plus tôt que plus tard en raison du manque d’engagement et de préparation de notre communauté.

 

Réf. : shafaqna

 

En anglais • Chroniques des convertis au chiisme