La foi et l’amour

La foi et l’amour
Les enseignements islamiques nous apprennent que la foi, c’est amour:
– Selon l’Imam al-Bâqer (p):
«La foi est amour et haine».(10)
– Al-Fudhayl Ibn Yasar témoigne:
«J’ai demandé à l’Imam al-Sâdiq (p): « L’amour et la haine ont-ils un lien avec la foi? » L’Imam al-Sâdiq (p) m’a répondu: « Mais la foi est-elle autre chose qu’amour et haine!? »»(11)
– Selon l’Imam al-Sâdiq encore:
«La Religion est-elle autre chose que l’amour? Allah – Il est Puissant et Sublime – dit: Si vous aimez Allah, suivez-moi; Allah vous aimera et vous pardonnera vos péchés. Allah est Celui qui pardonne; Il est le Miséricordieux. (Sourate Ale ‘Imrân, 3: 31)»(12)
– Selon l’Imam al-Bâqer aussi:
«La Religion, c’est l’amour et l’amour c’est la Religion».(13)

Le plaisir de l’amour
Si l’acte d’adoration d’Allah est fait par amour, par désir et par soif, il procure un plaisir inégalable.
¬ L’Imam ‘Alî Ibn al-Hussain, dit Zayn al-Abidîn (p) qui est bien placé pour parler de la douceur de l’amour et de l’invocation d’Allah dit à ce propos:
«O mon Seigneur! Qu’il est bon le goût de Ton amour et qu’il est doux le boire de Ta proximité».(14)
Cette douceur et ce plaisir que procure l’amour d’Allah sont solidement implantés et fixés dans les coeurs des intimes d’Allah et non accidentels ni fugaces ni passagers. Et lorsque le plaisir de l’amour d’Allah se fixe dans le coeur du croyant pieux, ce coeur est illuminé par l’amour d’Allah, et se met pour toujours à l’abri de Sa torture.
En effet l’Imam ‘Alî (p) s’adressant à Allah dit:
«O Seigneur! Par Ta Puissance et Ta Majesté! Je T’ai aimé d’un amour dont la douceur s’est fixée dans mon coeur; or le for intérieur de Tes fidèles serviteurs monothéistes ne saurait concevoir que Tu puisses détester ceux qui T’aiment!».(15)
¬ A propos de cet état fixé et permanent d’amour divin, l’Imam ‘Alî Ibn al-Hussain (p) dit:
«Par Ta Puissance et Ta Gloire, O Seigneur, même si Tu venais à me gronder, je ne quitterais jamais Ta porte, ni ne cesserais de Te flatter, ayant su l’immensité de Ta Générosité et de Ta Noblesse».(16)
Et lorsque le croyant pieux découvre le goût délicieux de l’amour d’Allah, rien ne pourra dès lors supplanter cet amour irremplaçable. Ecoutons ce que dit à ce propos l’Imam Zayn al-‘Abidîn (p):
«Qui eût pu songer à Te chercher un remplaçant après avoir goûté aux délices de Ton amour! ou désirer quelqu’un d’autre que Toi après s’être délecté de Ta Proximité!?»(17)
Si les gens vont à gauche et à droite ou s’attachent à ceci ou à cela, c’est parce qu’ils sont privés de l’amour d’Allah, car ceux qui ont eu la chance de connaître les délices de l’amour d’Allah, sont tellement comblés qu’ils ne désirent plus rien d’autre.
C’est du moins ce que nous laisse deviner l’Imam ‘Alî Ibn al-Hussain (p):
«Qu’a-t-il trouvé celui qui T’a perdu! et qu’a-t-il perdu celui qui T’a trouvé!».(18)
Il est à remarquer que l’Imam Zayn al-‘Abidîn demande pardon à Allah pour tout plaisir éprouvé en dehors du plaisir de l’amour d’Allah, pour toute occupation en dehors de celle de l’invocation d’Allah, pour toute réjouissance qui ne soit celle de la Proximité d’Allah, et ce, non qu’Allah ait interdit tout cela à Ses serviteurs, mais parce que de tels plaisirs et réjouissances distraient le coeur du croyant de son Créateur, ne serait-ce que pour un court laps de temps, car un coeur qui a goûté le plaisir de l’amour d’Allah ne saurait se détacher d’Allah, même l’espace d’une seconde.
Dans la vie des serviteurs pieux d’Allah tout effort, toute chose, tout acte et même tout sentiment s’inscrivent dans la prolongation de l’amour d’Allah, de l’invocation d’Allah, de l’obéissance à Allah. Tout ce qui sort de cette ligne ou de son prolongement est considéré par eux comme éloignement d’Allah, dont ils Lui demandent pardon. C’est pourquoi l’Imam Zayn al-‘Abidin (p) dit:
«O Seigneur! Je Te demande pardon de tout plaisir ressenti en dehors de Ton invocation, de tout repos sans Ta compagnie, de tout contentement sans Ta proximité, et de toute occupation sans Ton obéissance».(19)

source:
10. « Bihâr al-Anwâr », Tom. 78, p. 175.
11. « Uçûl al-Kâfî », Tom.2, p. 125.
12. « Bihâr al-Anwâr », Tom. 96, p. 237.
13. « Nûr al-Thaqalayn », Tom. 5, p. 285.
14. « Bihâr al-Anwâr », Tom. 98, p. 26.
15. « Munâjât Ahl-ul-Bayt », Tom.96, p. 97.
16. « Do’â’ al-Ashâr » du mois de Ramadhân, rapporté par Abû Hamzah al-Thamâlî.
17. « Mafâtih al-Jinân », Les 15 munâjât de l’Imam Zayn al-آbidîn (p), munâjât al-Muhibbîn, p. 229.
18. « Bihâr al-Anwâr », Tom. 98, p. 226.
19. Munâjât No 13, des 15 munâjât de l’Imam Zayn al-‘آbidîn, d’après le récit d’al-