‎ »L’islam est bien plus grand que ce que nous pensons » Entretien avec Masuma Assad de Paz (Pat 1)‎

Masuma Assad de Paz est présidente de l’Union des femmes musulmanes argentines (UMMA).

Masuma Assad de Paz a eu une interview exclusive avec Shafaqna Spanish sur sa vie, ses activités dans son pays d’origine, l’Argentine, et les questions générales entourant l’islam et les musulmans dans ce pays d’Amérique du Sud, qui abrite de grandes communautés arabes.

Merci de vous présenter à nos lecteurs.

 

Je m’appelle Masuma Assad de Paz, descendante d’un Libanais et née en Argentine. Je suis marié et j’ai trois filles. Je me suis intéressé à l’Islam dans mon adolescence. Mes études sur l’islam ont commencé à la mosquée At-Tauhid en 1983 et je me suis rendue dans la ville sainte de Qom en Iran en 1990 pour poursuivre mes études à Jameat al-Zahra (séminaire chiite pour femmes). Je suis retournée en Argentine avec mon mari Sheikh Abdul Karim Paz en 1993 pour commencer mon travail missionnaire. Cette période a duré plus de 12 ans.

 

Alhamdulillah ce furent des années très fructueuses non seulement pour l’organisation de la population féminine située à proximité de la mosquée At-Tauhid à travers l’Union des femmes musulmanes argentines (UMMA) et l’assistance sociale aux populations locales à travers la Fondation d’assistance sociale (FIAS), mais parce que j’ai réussi à étudier à l’université.

 

J’ai étudié à la Faculté des sciences sociales de l’Université de Buenos Aires (UBA) et j’ai obtenu un diplôme en sociologie. Grâce à Dieu, j’ai eu l’opportunité de retourner en Iran et de terminer mes études à la Hawzah de Qom avec une spécialité d’Usul Feqh et Feqh (Principes de Jurisprudence et Jurisprudence).

 

Parlez-nous de la mosquée At-Tauhid, de ses activités et des services qu’elle offre aux musulmans d’Argentine.

 

La mosquée At-Tauhid est la première mosquée d’Amérique latine fondée dans le quartier Floresta de Buenos Aires en 1983. Il n’y a pas de communauté chiite dans le quartier Floresta mais il y a des chrétiens et des juifs. La mosquée est située dans une zone avec des églises et des synagogues à une distance très proche. Depuis sa fondation, la mosquée At-Tauhid a toujours eu de nombreuses activités. À ses débuts, il n’y avait pas beaucoup de connaissances sur l’islam ou la littérature islamique en langue espagnole. Par conséquent, les premiers livres les plus élémentaires pour introduire l’islam aux musulmans et aux non-musulmans ont été traduits. Le « Livre de prière » faisait partie des livres traduits par la mosquée At-Tauhid. Il est illustré d’images et montre la prière étape par étape. « Les lois pratiques de l’islam » par l’imam Khomeiny(fondateur de la République islamique d’Iran) est un livre très important, car nous ne savions pas grand-chose sur la charia et nous n’avions pas beaucoup de livres sur ce sujet.

 

Un autre livre important était « La lumière de l’éternité » sur l’histoire de l’Islam depuis ses débuts. Parmi les livres les plus réussis et les plus demandés traduits par la mosquée At-Tauhid figuraient les « Supplications du croyant ». Il a ensuite été agrandi et intitulé « Les clés du paradis ». Nous avons également élargi notre apprentissage avec des lectures de livres traduits d’une autre langue vers l’espagnol; ils portaient principalement sur la vision du monde islamique et les droits des femmes. Les sœurs et les frères qui fréquentaient et étudiaient à la mosquée ont suggéré de publier des magazines et des journaux, nous avons donc publié « Le message de l’islam », « Le chemin du bonheur » ainsi que le mensuel « El Muecín” et d’autres publications pour des événements spéciaux. Il y avait des cours d’éthique et de morale, des lois pratiques (ahkam), la récitation du Saint Coran, l’arabe, l’histoire de l’Islam. Nous avons également commémoré les anniversaires de naissance et de martyre du Prophète et des Imams. En outre, nous avons organisé des cours islamiques pour les enfants et participé à des salons du livre annuels, des séminaires dans différentes universités, un dialogue interreligieux et participé à des programmes de radio et de télévision : An-Nur TV , Radio al-Qiblah , site Web www.organizacionislam.com.ar sont nos produits médias.

 

Il y avait un groupe de sœurs qui fréquentaient la mosquée depuis ses premières années, avec leur coopération, nous avons créé l’Union des femmes musulmanes argentines (UMMA). C’était initialement une association de facto et est devenue une association civile en juin 2004. La mosquée At-Tauhid a une campagne dédiée à l’assistance sociale par le biais de la Fondation d’assistance sociale (FIAS) depuis 1995.

 

Il est à noter que cette mosquée, pendant de nombreuses années, a été une école de théologie islamique (ou Hawzah), pour les étudiants argentins et les étudiants d’autres pays d’Amérique du Sud et centrale. Les premiers étudiants qui se sont rendus à Qom en 1986 ont établi la mosquée At-Tauhid, aujourd’hui ce sont des chefs religieux de divers centres islamiques. En 1987 : Cheikh Abdul Karim Paz , Cheikh Mahmoud Aid , Cheikh Ali Pul . En 1991, d’autres étudiants latinos qui ont étudié la mosquée se sont rendus à Qom, parmi lesquels Sheikh Abdul Karim Orobio (Colombie), Sheikh Munir Valencia (Colombie). Puis, en 1995 Cheikh Suheil Assad , Iusif Chambi(Bolivie). La mosquée At-Tauhid travaille avec différentes institutions islamiques depuis environ plus de 35 ans. Il envoie des enseignants et des formateurs religieux dans d’autres centres en cas de besoin.

 

La mosquée At-Tauhid offre-t-elle des services aux non-musulmans ?

 

Les activités de la mosquée ne se limitent pas aux musulmans, mais à travers des enseignements et des relations établis, les non-musulmans participent et bénéficient de ses activités. Surtout, comme l’islam est un mode de vie pour l’être humain, de nombreuses personnes se rendent à la mosquée pour différentes raisons : spirituelles, intellectuelles, artistiques, linguistiques, politiques et autres. La situation au Moyen-Orient est un sujet très brûlant en permanence, tant d’intellectuels, de journalistes et d’étudiants de différentes universités viennent demander ou en savoir plus sur ce sujet. Les cours et cours de routine sont ouverts à toutes les communautés et pas seulement aux musulmans.

 

Quelle est la relation entre les adeptes de différentes religions en général ?

 

En ce qui concerne le dialogue interreligieux, il existe une relation soutenue. Chaque année, la mosquée At-Tauhid participe au Te Deum (service chrétien) à la cathédrale de Metropolitana à Buenos Aires. Les personnes qui s’intéressent aux religions assistent chaque année au Te Deum. La mosquée At-Tauhid participe également à différents forums interreligieux. L’UMMA est membre fondatrice du « Congrès des femmes de foi monothéiste » et a participé à ses réunions pendant plus de 10 ans. Malheureusement, le lobby sioniste est intervenu et a formé un autre « dialogue interreligieux » conforme à ses propres intérêts. Nous ne sommes pas invités à ces forums. Après avoir organisé une journée Qudsévénement à la mosquée At-Tauhid, le lobby sioniste a fait pression sur nous pour que nous arrêtions de participer aux réunions des femmes de foi monothéiste après 10 années ininterrompues de collaboration mutuelle.

 

Je peux maintenant affirmer que maintenant le dialogue interreligieux n’est pas un vrai dialogue mais un autre moyen pour l’avancement du sionisme, il faut donc être vigilant et ne pas se tromper.

 

Vous avez été impliqué dans des activités politiques et sociales en Argentine, et même fondé des organisations islamiques, parlez-nous de ces activités et de leurs effets ?

 

La mosquée At-Tauhid a de nombreuses activités sociales, culturelles et sociales, mais pas beaucoup d’activités politiques. Bien qu’il ait une ligne idéologique chiite dans laquelle la religion est considérée comme inséparable de la politique, il a sa propre position. Dans ce cadre, il se connecte avec différents secteurs de la société pour faire connaître l’islam et, en retour, différents secteurs sociaux et culturels l’approchent pour connaître l’islam.

 

At-Tauhid soutient toujours les musulmans d’Argentine et d’autres pays qui font face à l’injustice. D’autre part, la « Social Assistance Foundation » ou FIAS a été fondée en 1995 afin d’aider les musulmans et les non-musulmans. L’idée est venue suite à un voyage mon mari Sheikh Abdul Karim Pazet je me suis rendu dans la banlieue de Buenos Aires où nous avons vu une réalité de la pauvreté économique et sociale des gens qui y vivaient, très différente de la vie ordinaire à Buenos Aires. Quand nous sommes revenus, j’ai pensé que nous pouvions faire quelque chose depuis la mosquée pour les aider, avec très peu, nous pouvions faire beaucoup. Nous avons commencé à demander aux gens de nous aider avec des choses de base : vêtements, nourriture. Nous avons également mis en scène plusieurs campagnes. Donc, Dieu nous a guidés, aidés et notre campagne a grandi petit à petit. Au début, nous avons distribué une cinquantaine de colis de nourriture, principalement à des musulmans et parfois à des non-musulmans, qui demandaient de l’aide. En outre, le gouvernement local de Buenos Aires avait un plan pour distribuer des boîtes de nourriture aux communautés suburbaines et pour accomplir cette tâche, FIAS a été désignée comme l’une des institutions intermédiaires entre l’administration locale et les habitants des bidonvilles de la capitale. Parmi les activités de la FIAS figurent la distribution de vêtements dans différentes villes de banlieue, les visites et l’assistance aux cuisines locales pour les pauvres, les hôpitaux et les refuges pour sans-abri. Participer à des campagnes de secours contre les inondations ou les pays déchirés par la guerre et aider les gens à réparer ou à construire leurs maisons font partie des autres activités de FIAS.

 

A propos de l’effet de ces activités? Ils ont de multiples effets. En principe, être une entité à laquelle les musulmans peuvent recourir en cas de besoin, bien qu’avec peu de ressources, est très important. Deuxièmement, maintenir la mosquée au centre de ces activités montre que l’Islam se préoccupe des questions sociales comme le faisaient autrefois le Prophète et les Imams. Quant à notre solidarité avec la Palestine et la cause des peuples opprimés, bien que nous ayons dû faire face aux Sionistes, tout au long de ce voyage, nous nous sommes fait plus d’amis que d’ennemis. L’expérience a montré que l’Islam est bien plus grand que ce que nous percevons et imaginons, car plus nous subissons d’attaques, plus l’Islam se répand.

 

Les complots des ennemis n’ont pas réussi à convaincre même leurs propres alliés. D’ailleurs, au fil des années, les préjugés et la discrimination (contre les musulmans) se sont accrus et ont empiré sous le gouvernement actuel, mais notre travail s’est accru, Dieu merci, et s’agrandit.

 

À suivre …

Réf. : shafaqna.com