LES FEMMES DU SAINT PROPHETE (S.A.W.S)‎

LES FEMMES DU SAINT PROPHETE (S.A.W.S)

Sulaiman : Qu’en est-on de Ayesha, la femme respectée du Messager d’Allah (s.a.w.s)? Vous l’accusez d’immoralité?

Ja’far : Allaho Akbar (Allah est Grand)! Refuge auprès d’Allah si Ayesha (r.a) devait être blâmée ainsi alors qu’elle est la femme du saint Prophète (s.a.w.s)!

En effet, les gens ne s’entendaient pas à ce qu’elle pouvait faire des choses pouvant blesser le Saint Prophète (s.a.w.s) vu ses liens avec le Prophète (s.a.w.s). Le Coran l’a attribuée le titre d’Ummul Momineen (Mère des croyants) tout juste comme les autres femmes du Messager d’Allah (s.a.w.s). Toutefois le Coran a aussi dénoncé certaines des femmes du Prophète (s.a.w.s) et les a averties d’éventuelles conséquences.

 

« Maintenant, si vous vous tournez toutes deux repentantes vers Allah, cela sera meilleur pour vous, et votre cœur y est déjà porté. Mais si vous vous soutenez l’une l’autre contre lui, assurément Allah est son Aide, ainsi que Gabriel et les justes d’entre les croyants; et en outre, tous les autres anges aussi sont ses aides.

 

S’il divorce d’avec vous, il se peut que son Seigneur lui accorde à votre place des épouses qui soient meilleurs que vous-soumises, croyantes, obéissantes, repentantes, dévotes, portées aux jeûnes, des veuves aussi bien que des vierges. »

 

( Surah Tahrim 66:4-5)

 

« Et lorsque le Prophète confia une affaire à une de ses femmes, et qu’ensuite elle la divulgua, et qu’Allah en informa le Prophète, il en fit connaître une partie à sa femme et passa sous silence l’autre partie. Et lorsqu’il l’en informa, elle dit: Qui t’a informé de ceci? Il répondit: Le Dieu Omniscient, Bien-Renseigné m’a informé. »

 

( Surah Tahrim 66:3)

 

Il est connu de tout le monde qu’Ummul Momineen Ayesha était au devant pour chercher des gens à se révolter contre Uthman. Elle s’est aussi révoltée contre Imam Ali (a.s) en un moment où il était le Calife légitime de son temps. Ayesha partit à Basrah et participa à la bataille de Jamal, malgré l’avertissement du saint Prophète (s.a.w.s) contre elle. De plus, Umme Salma (r.a) qui était au courant de l’avertissement du Prophète (s.a.w.s), a rappelé Ayesha des paroles du Prophète (s.a.w.s) qui disaient:

 

« Laquelle d’entre vous montera le chameau, et que les chiens de Hawwab aboieront sur elle? »

 

( Tarikh Abul Fida, Vol. 2, Pg. 71)

 

Quand Ayesha entama le chemin de Basrah, les chiens commencèrent à lui aboyer. Elle demanda le nom de cette région. Et quand on lui répondit que c’était Hawwab, elle fut troublée et cria:  » Je suis détruite  » Le Messager d’Allah (s.a.w.s) avait demandé à ses femmes : « Laquelle d’entre vous sera -t-elle aboyée par les chiens de Hawwab? »

 

Abdullah Ibn Zubair vint et lui assura que ce n’était pas Hawwab. Il arriva même à mobiliser 50 témoins menteurs de Bani Amir pour témoigner que ce n’était vraiment pas Hawwab.

 

Referez-vous aussi à la version suivante rapportée dans Sahih Bukhari:

 

Abu Wail raconta: Quand Ali envoya Ammar et Al-Hasan aux gens de Kufa pour leur persuader de lutter, Ammar s’adressa à eux comme suit: Je sais qu’elle (Ayesha) est la femme du Prophète dans ce bas-monde et dans l’au-delà, mais Allah vous teste et veut voir si vous le suivez ou vous suivrez plutôt Ayesha.

 

( Sahih Bukhari, Vo. 5, H. 116)

 

Remarque: L’ordre d’Allah était d’obéir à l’Imam (Ali a.s), et les femmes du Prophète reçurent l’ordre de rester dans leurs maisons. Référence, verset 33 du 33eme chapitre du Coran: « Et restez dans vos maisons… »

 

 

ABU TALIB

Sulaiman: Vos manières, vous les Shi-ites, sont étranges. D’une part, vous exercez une extrême prudence en ce qui concerne la crédibilité des compagnons et d’une autre, vous supportez un Kafir, défendez sa foi et vous lui faites des compliments.

 

Ja’far: Il n’y a rien de mauvais en ce qui concerne la première partie de votre question. L’histoire est là, et vous pouvez étudier et tirer vos propres conclusions. Par contre, dites-moi qui est ce Kafir que les Shi-ites vénèrent tant?

 

Sulaiman : Vous respectez Abu Talib qui demeura ferme sur sa position de non- croyance, malgré ses liens directes avec le Messager d’Allah (s.a.w.s). Sa proximité avec le saint Prophète (s.a.w.s) ne peut lui dispenser d’accepter l’Islam, même s’il a défendu le Prophète (s.a.w.s).

 

Ja’far : Nous cherchons refuge auprès d’Allah! Vous accusez Abu Talib d’incroyant pendant qu’il était un des plus grands premiers Musulmans et le premier des défenseurs de l’Islam. Il n’a jamais été un Kafir pour avoir besoin de déclarer publiquement sa foi. Ce n’est pas quelque chose d’étrange. Il y’avait dans le Golf Arabique, des gens qui suivaient la religion monothéique d’Ibrahim (a.s), deen-e-Hanifiah. La meilleure d’entre elles, était les légats d’Ibrahim (a.s) et Ismail (a.s) comme Hashim, Abdul Muttalib, Abu Talib et Abdullah le père du Prophète (s.a.w.s). Les célèbres paroles d’Abdul Muttalib sont claires au sujet de sa croyance, quand les forces d’Abraha entourèrent la Sainte Kaaba. Cela prouve qu’il avait la bonne foi. Similairement, quand le saint Prophète (s.a.w.s) déclara sa prophétie, Hazrat Abu Talib accepta l’Islam. Il subit aussi beaucoup de difficultés pour lui. Il était le supporteur du saint Prophète (s.a.w.s) et resta avec lui durant toutes les étapes initiales de l’Islam jusqu’au moment où Quraish les força de prendre refuge dans la vallée d’Abu Talib. Cela peut être résumé par les paroles du saint Prophète (s.a.w.s):

 

« Tant qu’Abu Talib était vivant près de moi, les Quuraish ne pouvaient me faire aucun mal. »

 

Sulaiman : Si ce que vous avancez est vrai, pourquoi alors Abu Talib serait injustement accusé d’infidélité?

 

Ja’far : La raison est simplement malice. Quelques narrateurs et historiens pensent que Abu Talib quitta le monde tout en étant incroyant mais ils n’ont aucune preuve la-dessous. Certaines traditions sont forgées pour discréditer Imam Ali (a.s) et le faire dire que son père mourut Kafir.

 

Sulaiman : Mais il y’a beaucoup de traditions authentiques mentionnant que l’Enfer est la dernière demeure d’Abu Talib?

 

Ja’far : D’après la croyance Shi-ite, toutes ces traditions sont inventées. Le saint Prophète (s.a.w.s) était sans doute présent aux funérailles d’Abu Talib (Qu’Allah soit satisfait de lui). Le Messager d’Allah (s.a.w.s) y resta jusqu’à ce que la dépouille mortelle d’Abu Talib soit déposée à la tombe. Puis, il dit: « Tu as accompli Sile Rahem (assumer les droits des relations) oh ! mon oncle, on t’attribuera une belle récompense pour cela. J’ai été élevé sous tes soins et quand j’ai agrandi, tu m’as soutenu. Par Allah! Je demanderai Isteghfar (repentir) pour toi et j’intercedrai en ta faveur d’une manière que les Jinns et les hommes seront abasourdis. »

 

(Sibte Ibn Jauzi, Tadkeraku Khawwaas, Asnaul Matalib, Pg. 15)

 

A part les livres d’histoire et les biographies du saint Prophète (s.a.w.s), beaucoup d’autres preuves peuvent être données à propos de la foi d’Abu Talib. Les couplets suivants d’Abu Talib sont eux-mêmes exemplaires à cet égard:

 

« Par Allah, ces gens malgré tout leur pouvoir ne pourront rien faire contre toi jusqu’à ce que je sois enterré.

 

Déclare ta foi sans aucune peur, je t’annonce la bonne nouvelle et tes yeux peuvent être ouverts et illuminés.

 

Tu m’as appelé et je sais que tu veux du bien pour moi. Tu as certainement dit la vérité et bien avant, tu étais aussi Ameen (Véridique).

 

J’ai véritablement compris que la religion de Muhammad est la meilleure de toutes les religions de la terre.

 

Allah a sûrement honoré le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.s).

 

Et parmi les hommes, le plus honorable est Ahmed. Son nom est un des noms d’Allah. Il est honoré.

 

Et l’un de ces noms au Paradis est Mahmood et il est Muhammad. »

 

(Behaarul Anwaar, Vol. 35, Pg. 165 )

 

 

TAWASSUL

Sulaiman : Orientons maintenant notre discussion sur la Sainte Ahle Bayt (a.s). Vous, les Shi-ites, dépassez les bornes quant à votre amour envers eux. Aussi excessif qu’on dirait que vous leur égalez à Allah.

 

Ja’far : Comment cela? Pouvez-vous donner un exemple?

 

Sulaiman : Vous, les Shi-ites, cherchez l’acceptation de vos douas (invocations) par l’intermédiaire d’Ahle Bayt (a.s). Vous leur priez (tawassul).

 

Ja’far : Tawassul n’est ni interdit ni une innovation (bidat). Il est valide d’après les versets du Coran suivant:

 

« O vous qui croyez! Craignez Allah et cherchez le moyen de vous approcher de lui, et faites des efforts dans Sa voie afin de pouvoir prospérer. »

 

(Surah Maidah 5:35)

 

Dans un autre verset, nous trouvons:

 

« Et Nous n’avons envoyé aucun Messager qui ne dût être obéi par ordre d’Allah. Et s’ils étaient venus à toi après avoir manqué à leur propre âme, et avaient demandé grâce à Allah, et que le Messager eût aussi intercédé en leur faveur, ils auraient assurément trouvé Allah Compatissant et Miséricordieux. »

 

(Surah Nisa 4:64)

 

Ahmed Ibn Hanbal, Tirmidhi, Ibn Marjah et d’autres ont rapporté d’Usman bine Hunaif:

 

« Un homme aveugle est venu chez le Prophète (s.a.w.s) et dit: s’il te plait, demande à Allah de m’accorder la force et la guérison. Le Prophète (s.a.w.s) lui répondit: Si tu le désires, je vais prier pour toi et si tu acceptes, soit patient pour ton bien. Il répliqua, prie donc. Le Prophète (s.a.w.s) lui ordonna de faire Wuzu avec beaucoup de soins et d’accomplir deux rakats (unités) de prière et d’invoquer comme suit: Oh Allah! Je t’implore pour l’amour de ton Prophète (s.a.w.s), qui est le Prophète de la pitié, j’attire mon attention sur toi pour que mon besoin soit accompli. Oh Allah! Fais-le mon intercesseur. »

 

(Sunan Ibn Majah, Vol. I, Pg. 441)

 

Sulaiman : C’est peut-être Durant la période du saint Prophète (s.a.w.s) que cela se faisait. Mais pouvons-nous dire que Tawassul demeure toujours valide après la mort du Prophète (s.a.w.s)?

 

Ja’far : Une fois qu’on a accepté la validité de Tawassul, il n’y a plus de différence si le Prophète (s.a.w.s) est vivant ou pas. Et les compagnons du saint Prophète (s.a.w.s) ont continué à demander son Tawassul même après sa mort. Les spécialistes en traditions ont rapporté que pendant la règne d’Usman bine Hunaif, un homme vint le voir et lui déclara qu’il n’avait pas reçu la moindre attention et que ses doléances n’ont pas été répondues. Ibn Hunaif se referant des paroles du Prophète (s.a.w.s), lui ordonna d’accomplir Wuzu, de faire deux rakats et de dire: « Oh Allah! Je te demande pour l’amour et par l’intermédiaire de notre Prophète Muhammad (s.a.w.s) qui est le Prophète de la pitié, je tourne mon attention vers toi. Oh Muhammad (s.a.w.s)! Je contacte Allah et me dirige vers lui par ton intermédiaire pour que ma demande soit répondue favorablement. »

 

(Al Mojamul Kabeer, Vol. 9)

 

Le monsieur s’en alla et son besoin fut répondu.

 

Beaucoup de Musulmans acceptent en plus que Tawassul de notre Prophète (s.a.w.s) était valide bien avant même sa naissance au monde. Il est rapporté que Hazrat Adam(a.s) avait vu le slogan suivant écrit sur un des hauts piliers du Ciel.

 

« Il n’y a de Dieu qu’Allah et Muhammad (s.a.w.s) est le Messager d’Allah. »

 

Ceci est mentionné dans Mustadrak de Hakim et Tibarani l’a aussi rapporté.

 

Sulaiman : Bien! Mais vous allez plus loin et dépassez le saint Prophète (s.a.w.s), vous faites Tawassul aux Imams d’Ahle Bayt (a.s)?

 

Ja’far : Oui, c’est vrai mais comme j’ai déjà dit Imamat est la continuation de la Prophétie. Et bien que les Imams (a.s) ne soient pas des Prophètes, ils sont les successeurs du Messager d’Allah (s.a.w.s). Ils ont un grand statut auprès d’Allah. Pourquoi trouvez-vous cela étonnant? Il est une vérité que les compagnons du saint Prophète (s.a.w.s) ont pratiquée le Tawassul même à des gens qui ne sont même pas d’Ahle Bayt (a.s)! Il est mentionné dans Sahih Bukhari que:

 

Umar Ibn Khattab avait l’habitude de prier Allah en recourant à Abbas Ibn Abdul Mutalib et par son intermédiaire durant les périodes sèches pour avoir de la pluie. Il disait: « Oh Allah! Nous te demandions toujours en ayant recours au Prophète (s.a.w.s) et tu nous satisfaisais et nous envoyais de la pluie. Maintenant, nous t’implorons par l’intermédiaire de l’oncle du Prophète (s.a.w.s). Sur ce, fais-nous descendre de la pluie et irrigue-nous. Il dit: les gens eurent la pluie. »

 

(Sahih Bukhari, Vol. 2, Pg. 75)

 

Cette satisfaction a été due grâce au Tawassul d’Abbas qui, mis à part le fait d’être l’oncle du Prophète (s.a.w.s), il ne possédait aucun autre mérite. Nous pouvons encore citer d’autres exemples par lesquels les Imams des autres sectes ont pratiqué le tawassul en ayant recours à leurs contreparties. Par exemple, le livre Al Khairaat ul Hassan fi Manaqibe Abi Hanifa al-noman, Imam Shafaei (r.a) visita la tombe d’Abu Hanifa et demanda son intercession pour l’accomplissement de son doua. Parallèlement, Imam Ahmed bine Hanbal pria par l’intermédiaire de la chaîne d’Imam Shafei.

 

Dans Sawaequl Muriqa, les couplets suivants sont rapportés évoquant la louange de la Sainte Ahle Bayt (a.s).

 

« La famille du Prophète (s.a.w.s) est ma porte de contact avec Allah. J’espère vraiment que demain au jour de jugement, je recevrai mon Namaae Amaal (les notes des actions) sur ma main droite par leur intercession et médiation. »

 

 

TABARRUK ( RECHERCHE DES BENEDICTIONS)

Sulaiman : C’est possible d’accepter la pratique de Tawassul en tant que moyen d’invocation (dua). Cependant, on voit que quand les Shi-ites se rendent à la Mecque, Madina et Irak, ils agissent d’une façon étrange. Ils embrassent la terre de la cimetière de Baqi et touchent avec révérence les clôtures entourant les tombes du Prophète (s.a.w.s) et des Imams d’Ahle Bayt (a.s). Par ces rites, ces gens comptent-ils recevoir des bénédictions (tabarruk)?

 

Ja’far: Véritablement, chercher du tabarruk est permis (mubah) selon tous les Musulmans. Comme nous le savons tous, embrasser la Pierre Noire (Hajar-e-Aswad) durant le Hajj fait partie des rites du pèlerinage.

 

Sulaiman : Mais, ces rites sont authentiques parce que le saint Prophète (s.a.w.s) les a lui-même pratiquées.

 

Ja’far: Le saint Prophète (s.a.w.s) avait aussi accompli beaucoup d’actions qui prouvent la permission de Tabarruk. A titre d’exemple, quand Janabe Fatemah binte Asad mourut, le Prophète (s.a.w.s) l’ensevelit avec sa propre chemise et la posa dans sa tombe. Et quand on lui demanda d’expliquer le sens de cette action, il (s.a.w.s) répondit: « Je voulais que le feu (de l’enfer) n’arrive à la toucher et que sa tombe devienne spacieuse pour elle. »

 

( Kanzul Ummal, Vol. 6, Pg. 7)

 

La pratique de Tabarruk était commune chez les compagnons du saint Prophète (s.a.w.s) durant son époque. Ils avaient même obtenu Tabarruk avec le corps du saint Prophète (s.a.w.s) et cela avait donné de bons résultats. Il est mentionné dans Sahih Bukhari qu’Ali (a.s) était guéri par l’injection de la salive du Messager d’Allah (s.a.w.s) dans son œil qui était malade. Ceci est mentionné dans l’incident de Khaiber.

 

(Sahih Bukhari, Vol.4, H. 192, 219, 253 Edition Anglais-Arabe )

 

De cette même façon, Anas Ibn Malik a raconté que quand les gens cherchaient de l’eau pour faire Wuzu et qu’ils n’en trouvaient pas, ils se rendaient tous chez le Prophète (s.a.w.s) qui avait quelques réserves d’eau. Et un jour, le saint Prophète (s.a.w.s) mis sa main dans l’ustensile. Ils voyaient que des ressorts d’eau coulaient de ses doigts et tous les gens pouvaient faire wuzu avec. Dans le même livre, il y’a une narration d’Urwah Ibn Masood qui dit que le saint Prophète (s.a.w.s) ne serra jamais la main d’une personne sans que ce dernier ne la fasse pas passer sur sa face ou sur son corps. Quand il faisait wuzu, les gens venaient en masse pour lui demander de l’eau comme s’ils étaient dans une bataille. Muslim, dans son Sahih, a rapporté que quand le saint Prophète (s.a.w.s) arrivait à Mina (après la circulation de la Ka’ba), il rasait sa tête après le lancer des pierres au Satan et après le sacrifice, il distribuait ses cheveux aux gens. Et dans une autre tradition, il est dit qu’il avait l’habitude de leur en donner. Dans Sahih Bukhari, il est rapporté que Hazrat Umme Salmah (r.a) avait quelques tiges des cheveux du Prophète (s.a.w.s) et quand quelqu’un souffrait de ses yeux, il envoyait un bol d’eau à Umme Salmah. Et elle trempait les cheveux dans l’eau et la maladie disparaissait aussitôt que la personne malade appliquait cette eau. Il y’a beaucoup de traditions concernant le Tabarruk sur les flèches du Saint Prophète (s.a.w.s) et aussi sur ses mains (paumes).

 

(Sahih Bukhari, Vol. 7, H. 787 Edition Anglais-Arabe )

 

Sulaiman : Nous vénérons tous une chose ou un objet associé avec le Messager d’Allah (s.a.w.s). Mais c’était pendant son époque. Or, vous les Shi-ites, rendez hommage à sa tombe et aux tombes des descendants d’Ahle Bayt (a.s) jusqu’à aujourd’hui. Est-il correct de chercher Tabarruk au Prophète (s.a.w.s) même s’il est mort?

 

Ja’far : Il y’a plusieurs exemples sur les compagnons qui ont continué à chercher Tabarruk même après la mort du saint Prophète (s.a.w.s), que mon âme soit sacrifiée pour lui. Un d’eux était Bilal le Muezzin qui frotta sa face sur la tombe du Prophète (s.a.w.s).

 

Janabe Fatemah Zahra (a.s) se rendit à la place où repose son père et prenant une poignée de terre qu’elle mit à ses yeux, elle dit:

 

« Celui qui sent l’odeur de la terre de la tombe du Messager d’Allah (s.a.w.s), n’aurait plus besoin de sentir un autre parfum dans sa vie. De telles calamités m’ont advenu que s’ils avaient eu lieu en pleine journée, les journées seraient transformées en nuits. »

 

( Wafa ul wafa de Samhoodi, Vol. 2, Pg. 444)

 

Les Califes Abu Bakr et Umar ont également agit de la même manière en laissant une instruction comme quoi ils doivent être enterrés tout au ras du Saint Prophète (s.a.w.s). Et c’est ainsi que les Musulmans continuèrent à vénérer la tombe du Prophète (s.a.w.s). Parmi ces personnes, les Shi-ites d’Ahle Bayt (a.s) qui prennent Tabarruk à la tombe du saint Prophète (s.a.w.s), aux tombes des Ahle Bayt (a.s) et à celles des saints religieux.

 

Dieu dit dans la Sourah Baqarah:

 

« Et leur Prophète leur dit: Le signe de sa souveraineté est qu’il vous sera accordé un cœur dans lequel il y aura la tranquillité de la part de votre Seigneur et un legs de ce que laissèrent la famille de Moise et la famille d’Aaron, porté par les anges. Assurément, il y a en cela un Signe pour vous, si vous êtes croyants. »

 

(Surah Baqrah 2:248)

 

Ce verset mentionne des objets ayant été associés avec des Prophètes (a.s). Ils bénéficiaient de ces objets une foi en difficulté.

 

En tout cas, Tabarruk, n’est pas wajib (obligatoire) et sa pratique n’est pas non plus un shirk. Plutôt, c’est un des moyens de démontrer respect et dévotion. L’opposition s’avère nécessaire à ceux qui ont l’intention de sous-estimer le Prophète (a.s) ou à ceux qui essaient de réduire le statut du Saint Prophète (s.a.w.s).

 

 

SHAFA’AT (INTERCESSION)

Sulaiman: Voulez-vous dire que ce barakat que vous priez pour, a pour but d’obtenir le pardon des péchés pour qu’à la place de l’enfer, vous obteniez le Paradis?

 

Ja’far : Vous faites sans doute allusion au Shafa’at qui est la faveur qu’Allah attribue à certains de ses esclaves les plus sincères et qui grâce auquel, ces gens peuvent intercéder en faveur du pardon des grands péchés et de sauver ces gens de la punition divine pour qu’ils rentrent au Paradis. Et cela n’a aucune rapport avec le Shirk. Shafa’at est certainement sous la dépendance d’Allah, et n’est possible qu’avec la permission d’Allah. Il permet à qui il veut d’intercéder en faveur de quelqu’un. Cela est mentionné dans le Coran comme suit:

 

« …Il n’y a aucun intercesseur auprès de Lui sauf après Sa permission. »

 

(Surah Yunus 10:3)

 

« …Qui pourra intercéder auprès de Lui, si ce n’est avec Sa permission? »

 

(Surah Baqarah 2:255)

 

« Ce jour-là l’intercession ne profitera qu’à celui pour qui le Dieu Gracieux le permettra et dont la parole de foi Lui sera agréable. »

 

(Surah Taha 20:109)

 

Le Messager d’Allah(s.a.w.s) annonça la bonne nouvelle de ce rahmat d’après le chapitre suivant sur le Tayammum:

 

« On m’a attribué cinq choses qu’on n’a attribuées à personne d’autre…On m’a attribué le Shafa’at. »

 

(Sahih Bukhari, Vol. 1, Pg. 256 Edition Anglaise)

 

Dans Sahih Muslim, le Messager d’Allah (s.a.w.s) dit:

 

« Je suis le chef des enfants d’Adam le jour de Qiyamat…et je serai le premier à intercéder et à être intercédé. »

 

(Sahih Muslim, Vol. 4, Pg. 1230-Anglais)

 

Et il (s.a.w.s) dit encore dans Sahih Bukhari ce qui suit:

 

« Les gens viendront me joindre et je serai prosterné devant Allah sur son trône. Puis, on me dira: Oh Muhammad! Lève ta tête, intercède car ton intercession sera acceptée et demande ce que tu désires car tes doléances seront satisfaites. »

 

(Sahih Bukhari, Vol. 4, Hadith 556 & Vol. 3, Hadith 3)

 

Sulaiman : Ne croyez-vous pas que Shafa’at encourage plutôt les gens à commettre plus de péchés? Surtout avec les mots: « Mon intercession est pour ceux qui commettent les grands péchés »

 

Ja’far : Non, parce que Shafa’at n’est en aucun cas le droit d’un pécheur. C’est une bénédiction d’Allah et seuls les méritants en tireront profit. Imam Sadiq (a.s) dit: « Notre intercession (Ahle Bayt-a.s) ne concernera pas ceux qui prennent la salaat (prières) à la légère. »

 

(Behaarul Anwaar, Vol. 82, Pg. 236)

 

Par ailleurs, les traditions selon lesquelles Shafa’at est destiné à ceux qui commettent des grands péchés, veulent simplement donner de l’espoir à ceux qui en auraient perdu à cause de leurs grands péchés justement. De cette façon, ils peuvent gagner un peu de l’espoir pour qu’ils essaient de demander pardon et d’abandonner la vie des péchés pour une vie meilleure. Et cela est une chose très importante.