Decouvrez Les croyances des Imâmites de Cheikh Muhammad Ridha Al-mouzaffar

Il se trompe lourdement quiconque prétend être à mesure de connaître, de façon correcte, les croyances des chiites imâmites, leurs sciences et leur littérature, à travers les écrits de leurs détracteurs, en dépit du niveau et de la probité scientifiques dont ils feraient preuve dans la transmission et le commentaire desdits écrits, dans un style dépouillé d’un fanatisme aveugle.

Je dis cela, en mettant l’accent sur ce que j’affirme, après avoir passé beaucoup de temps à étudier les croyances des chiites duodécimains en particulier, et celles de tous les chiites en général.

Durant cette longue recherche où j’ai fouillé dans les ouvrages d’historiens et des censeurs parmi les savants sunnites, je n’ai rien obtenu d’intéressant ni n’ai eu l’envie de poursuivre mes investigations pour savoir la vérité sur les croyances chiites. La raison en est que l’étude faite par ces savants sunnites était non seulement tronquée, mais aussi fondée sur les affirmations des détracteurs de cette école juridico-doctrinaire qui, pourtant, représente l’autre portion des musulmans vivant dans les parties orientales et occidentales de la planète.

Ensuite, poussé par l’ardent désir que j’avais de connaître la vérité et d’apprendre la sagesse partout où elles se trouveraient, cette dernière étant l’objet perdu du croyant, je tournai ma recherche vers une autre direction, afin de poursuivre ma recherche sur la doctrine chiite duodécimaine. Je me tournai donc, pour connaître cette école doctrinaire, vers ses propres savants et chercheurs, à travers les écrits desquels je connaîtrais leurs croyances.

Et il est évident que les savants de ladite école la connaissent mieux que leurs détracteurs, et ce quels que soient le niveau d’éloquence, de la rhétorique ainsi que des mérites dont ils peuvent jouir.

En outre, la probité scientifique, qui est l’une des premières règles fondamentales de la « méthode scientifique moderne » –tant celle que j’ai choisi d’appliquer aussi bien dans mes recherches que mes écrits quand j’essaye de découvrir les réalités matérielles et spirituelles– exige que l’exactitude la plus totale soit respectée dans la transmission des textes et des documents sur lesquels se fonde le chercheur. Or, comment un chercheur, en dépit de son habilité scientifique et de son intuition à connaître les vérités, pourrait s’assurer de l’authenticité et de l’exactitude des textes ayant trait aux chiites et au chiisme sans s’appuyer sur une base solide !

C’est la raison qui m’a poussé à étendre ma recherche sur le chiisme et les chiites, à partir de leurs propres ouvrages, de manière à connaître leurs croyances à travers ce qu’ils ont exactement écrit et dit eux-mêmes, et d’éviter de tomber dans la même erreur que d’autres historiens et critiques qui s’étaient crus à même de porter des jugements sur le chiisme et les chiites. En effet, le chercheur qui, en voulant étudier une série de réalités, se réfère à des sources non originelles, fait un faux pas et commet une absurdité qui n’a rien de scientifique.

Les-Croyances-des-Imamites-Al-Mudhaffar